-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

« Plus de 8 700 militaires déployés en 2016 »

« Plus de 8 700 militaires déployés en 2016 »

 

Tout au long de cette année, la Défense aura déployé pas moins de 8 700 militaires en opérations nationales et internationales. Le général-major Johan Peeters, adjoint au responsable des opérations militaires à l'étranger et sur le territoire national, s'est étendu sur le sujet lors d'une conférence de presse. Il a également envisagé 2017.

L'opération Vigilant Guardian, visant la surveillance de notre territoire, s'est vite révélée être une mission très exigeante. Non seulement plusieurs militaires ont été éloignés de leur domicile pendant plus de 180 jours mais ils avaient encore à subir la pression des entraînements.

Le programme 2016 s'est malgré tout déroulé comme prévu. Selon le colonel Bart Laurent, chef de la division Opérations, les soldats ne peuvent pourtant plus s'entraîner suffisamment à des missions tactiquement complexes. La Défense risquerait ainsi de perdre son expertise dans certains domaines.

Depuis les attentats du 22 mars, le Service d'Enlèvement et de Destruction d'Engins Explosifs (SEDEE) a travaillé d'arrache-pied, a expliqué le colonel Pascal De Winne, chef de la division Planning. Pour 2016, les démineurs ont déjà neutralisé 207 objets explosifs improvisés. Pendant la même période, les Composantes Air et Marine ont été également fortement sollicitées pour effectuer entre autres des décollages d'urgence, des missions de sauvetage ou des contrôles en mer.

En 2017, la Défense continuera à contribuer à la sécurité tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de notre pays. Elle sera notamment active avec d'autres partenaires OTAN en Lituanie et en mer Méditerranée. Avec ses partenaires européens, la Défense prévoit de prolonger sa mission au Mali (EUTM). De plus, la Tunisie, le Niger, le Bénin et la République démocratique du Congo pourront également compter sur une présence militaire.

Le général-major Johan Peters a insisté sur l'importance de l'entraînement des militaires. Car, si des économies sont faites à ce sujet, les militaires seront moins à même d'être déployés et de telles restrictions pourraient mettre à mal les opérations futures.