-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Opération Guardian Falcon : bien plus que des F-16

Opération Guardian Falcon : bien plus que des F-16

Depuis bientôt cinq ans, la Belgique participe à la mission Guardian Falcon en Afghanistan. Un détachement de six F-16 est présent sur le Kandahar Airfield ou KAF. Aux pilotes, s'ajoutent une centaine de militaires s'affairant sur la base afghane afin d'assurer le bon déroulement de cette opération.

Le Kandahar Airfield est l'aéroport à une piste le plus fréquenté du monde. De cet endroit, décolle chaque jour un des six F-16 pour l'opération Guardian Falcon. « Les appareils sont présents pour soutenir les opérations ISAF (International Security Assistance Force) qui visent à créer un environnement stable et plus sûr en Afghanistan » explique Sam Vanophem, le commandant du détachement belge. « C'est dans ce cadre que les F-16 belges appuient les troupes au sol. Ils peuvent également protéger les lignes de communication et effectuer des missions de reconnaissance. »

Mais ces activités ne pourraient avoir lieu sans plusieurs fonctions-clés. Celle de Crew Chief en est un parfait exemple. Il s'agit de la personne en charge de l'inspection des avions avant et après chaque vol. « Il fait actuellement plus de 45 degrés sur la piste. La chaleur et la poussière sont les ennemis de la flotte aérienne. C'est pourquoi je dois vérifier que les appareils n'ont aucun problème, qu'il n'y ait aucune fuite et qu'ils disposent d'assez de fuel » raconte Grégory, Crew Chief. « Si je constate que le F-16 n'est pas en état, je préviens le pilote et on change de machine. Ma décision est définitive », ajoute-t-il.

La sécurité reste donc l'une des priorités sur l'aéroport. Celle-ci est notamment assurée par des Belges et des Luxembourgeois en collaboration avec six autres nations comme la Grande-Bretagne ou les États-Unis. « Les armées belge et luxembourgeoise assurent la Flight Line Security ou FLS », explique Kim, le commandant du détachement luxembourgeois. « Cela signifie que nous effectuons des contrôles aux points d'entrée. De plus, par la patrouille ou l'observation, nous nous assurons qu'il n'y ait aucune personne indésirable sur la zone de vol. »

Les militaires de la Force Protection s'occupent également de la sécurisation du campement belge. « Nous sommes chargés d'en contrôler les accès et effectuons surtout des patrouilles de nuit sur son pourtour » commente Jonas, membre de la Force Protection. « Si un problème plus important survient au sein de la base, nous sommes parfois amenés à intervenir. »

Présents depuis le mois de mai, les militaires de la rotation « été 2013 » à Kandahar quitteront le territoire afghan en septembre après plus de quatre mois de travail sous un soleil de plomb.