-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Modèle réduit mis à l’épreuve

Modèle réduit mis à l’épreuve

 

La Marine a procédé aux derniers tests relatifs à ses navires de patrouille la semaine dernière. Ils se sont déroulés sur modèle réduit à l'institut d'enquêtes néerlandais afin d'analyser leur comportement en mer ainsi que leur vitesse maximale à la surface de l'eau. Les résultats ont été très concluants pour la délégation de la Défense en visite sur les lieux le 7 juin 2013.

L'institut d'enquêtes maritimes Marin des Pays-Bas a effectué les tests. Toutes les sortes de vague peuvent être simulées dans son bassin de 170 mètres sur 40. La navigabilité peut donc être évaluée. « Nous avons mené des tests de comportement en mer afin de vérifier si tout allait se dérouler selon nos attentes », explique Rogier Eggers, chef de projet des patrouilleurs chez Marin. « Il faut éviter que les gens ne soient malades ou ne perdent l'équilibre. Le navire doit également maintenir une bonne vitesse malgré les vagues. » Ces tests représentaient la fin de la phase d'études qui précède la mise en chantier de ces deux nouveaux bâtiments. Rogier Eggers est satisfait des résultats : « Les conclusions finales corroborent l'analyse des données. Mais sur base de premières impressions, le comportement semble acceptable à bien des égards. » Le constructeur peut encore adapter le projet afin d'être certain que toutes les clauses du contrat soient remplies.

Les nouveaux patrouilleurs reprendront les tâches des trois anciens Ready Duty Ships. « Ils seront affectés principalement à la surveillance côtière en collaboration avec les services de police et de douane » précise l'amiral de division Michel Hofman, chef de la Composante Marine. Il poursuit avec fierté que « le premier bateau prendra la mer au début de l'année 2014 en étant opérationnel en juin. » Ce projet dessiné dans l'ensemble par le bureau Mauric verra son aboutissement dans les chantiers navals de Boulogne-sur-Mer. Les navires seront utilisés dans notre mer du Nord connue pour la rudesse de sa houle et les spécificités qu'elle engendre. « Les bâtiments sont véritablement adaptés à la navigation en mer du Nord », stipule le général-major Rudy Debaene, chef de la division des ressources matérielles. « La hauteur des vagues à laquelle le navire doit résister est établie selon le modèle mathématique de la mer du Nord. Un cahier des charges tenant compte de ces données a été rédigé conjointement avec l'utilisateur : la Composante Marine. »

Chaque patrouilleur embarquera une quinzaine de membres d'équipage et comprendra l'espace nécessaire à quinze passagers. Les interventions menées en collaboration avec d'autres autorités ne poseront de la sorte aucun problème. Notre espace côtier n'en sera que mieux protégé.