-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Metrology on tour

Metrology on tour

 

Point de groupe rock au Centre de Compétence du Matériel Volant et Système de Communication et d’Information (CCV&C) mais un service de métrologie mobile. Muni de leur camion laboratoire, l'adjudant-chef Didier Dupont et son équipe sillonnent le pays cinquante semaines par an pour calibrer et contrôler le matériel électronique de quasi toute la Défense.

Pour tous…

... à l'exception de la Composante Marine qui dispose de son propre service de calibration d’équipements électroniques. Le service de métrologie du Département matériel volant effectue la calibration annuelle d’environ 5 500 appareils, dont 50% sur les cinq bancs de tests du laboratoire mobile et 50% au laboratoire fixe à Peutie. Dans ce dernier, on retrouve des instruments que l'on ne peut déplacer et donc plus précis ainsi que des stations de travail supplémentaires. L'adjudant-chef Dupont explique : « Chaque poste de travail est spécifique, le personnel, lui, est polyvalent ». Deux années de formations complémentaires sont nécessaires à un électronicien avant d'intégrer le service.
La calibration est une maintenance périodique (souvent tous les six mois ou chaque année) dont la durée d’exécution varie de trente minutes à quatre heures selon l'équipement. « L'automatisation de la calibration permet de gagner du temps, d'un à deux jours à l'époque à un maximum de quatre heures actuellement. Faisant face nous aussi à une diminution imminente et considérable de techniciens très spécialisés qui ne seront peut-être pas (tous) remplacés, nous optimisons constamment nos processus de production. L'outsourcing est évidemment une autre solution logique » poursuit ce métrologue.

Mobilité, efficacité

Conduit par le personnel du service, le laboratoire mobile prend ses quartiers dans les grandes unités pour des périodes de 10 à 15 jours, exception faite de Beauvechain où il reste quatre semaines. Entièrement autonome, le service n'a besoin que d'un accès au réseau électrique et à l'IDCN (réseau informatique de la Défense).
« L'intérêt d'une capacité mobile réside dans le gain de temps d'immobilisation du matériel à calibrer. Sans le camion, on ne parlerait pas d'un à deux jours mais de plusieurs semaines ! », précise l’adjudant-chef. L'équipe stationne dans la plupart des grandes unités. Les autres unités présentent leur matériel là où se situe le labo mobile. « Veiller à ce que les calibrations soient effectuées reste une responsabilité finale de l'unité utilisatrice mais le support et le service au client reste tout de même notre plus haute priorité. » Travaillant en autarcie, l'adjudant-chef Dupont et son équipe apprécient le fait de découvrir d'autres personnes, lieux et matériels, le plus gros inconvénient restant les trajets. « Les routes sont les mêmes mais le trafic est moins fluide au fil du temps. »

Techniciens à l'écoute, au service de tous, mais avec une petite requête : « Ne nous prenez plus pour le collibus… » conclut avec le sourire ce chef de service.