-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Les yeux dans le ciel avec Emerald Move

Les yeux dans le ciel avec Emerald Move

 

Un fire support team touche terre dans la matinée du 4 octobre sur la plage de Porto Scudo en Italie. Son poste d'observation se situe 150 mètres plus haut, sur une crête avec une vue sur 360 degrés. L'endroit idéal pour effectuer un close air support dans le cadre de l'exercice Emerald Move.

A quelques kilomètres au large de la côte sarde se trouve le navire HNLMS Rotterdam. Une barge de transport de troupes avec à son bord 30 parachutistes belges pénètre dans le navire via le dock. Alors qu'ils ont passé toute la journée à préparer leur engagement tactique au sol, les sept équipiers du fire support team entament une ascension pour atteindre le poste d'observation.

L'homme qui mène l'opération est Arne. Il est le superviseur au sol qui dirige le pilote au bon endroit pour attaquer, ce qu'on appel dans le jargon un joint terminal attack controller ou JTAC.

"Poppy, this is Thunder, authenticate", rapporte le pilote de l'avion de combat Harrier à plus de 9 000 pieds (environ 2 700 m) au-dessus du fire support team. Arne communique la situation au sol. Alors qu'il communique avec le pilote, il observe à travers une lunette les images qui sont transmises sur l'écran du pilote.

Ce lien visuel entre le JTAC et le pilote est très important pour définir avec précision la cible. Cet appareil fait partie du matériel récent des fire support teams : le firestorm-kit. « C'est un système très compact et mobile qui nous aide à communiquer avec le pilote au moyen d'échanges de signaux vidéos» explique Arne. « Un GPS définit également votre propre situation et celle de la cible aussi précisément que possible. »

Bien que Arne semble bien maîtriser le jargon technique et les missions du JTAC, il vient de terminer cet été sa formation. C'est pourquoi il peut compter sur Bart, une personne expérimentée tout au long de l'exercice. Avec ses 12 ans d'expérience comme JTAC, dont six en tant qu'instructeur, il peut transmettre toute son expérience au jeune lieutenant.

« L'aspect le plus important que je veux transmettre au lieutenant est le contexte international dans lequel nous travaillons » dit l'instructeur JTAC. « Nous avons en ligne des pilotes qui viennent des quatre coins du monde. Il est important de pouvoir travailler avec tous le plus efficacement possible. Au cours de l'exercice Emerald Move je l'aide principalement à s'orienter dans le dédale des procédures et des règlements. Où peut-il trouver un transport pour se rendre à terre ? Comment se passe l'organisation d'un navire ? Mais aussi : comment est organisée la vie à bord ? Ce sont des choses que l'on n'apprend pas durant les formations et que vous découvrez seulement lors d'un exercice de ce calibre. »