-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Les pathfinders reconnaissent des zones de largage au Canada

Les pathfinders reconnaissent des zones de largage au Canada

Nous n'avons pas rencontré que des pilotes lors de l'exercice international canadien Maple Flag, mais également des pathfinders belges et néerlandais. Ces para-commandos chargés de la reconnaissance et du marquage des zones de largage ont profité de l'occasion pour approfondir leur entraînement et renforcer le travail d'équipe pendant deux semaines.

Grâce à leur participation internationale à Maple Flag, les équipes de pathfinders ont pu s'entraîner avec d'autres avions. « Nous avons consacré la première semaine à de l'entraînement technique. Nous avons donc largué du matériel et du personnel en collaboration avec les appareils anglais, américains et canadiens », annonce le lieutenant belge Tom Verschroeven. Chef de peloton pathfinders, il a participé à Maple Flag en tant qu'officier close air support. Il coordonnait les activités avec l'appui aérien. Chaque jour, les hommes ont pu faire des sauts de reconnaissance à partir de C-130, aller chercher des équipes en hélicoptère et s'entraîner au close air support avec des F-18, F-16 et F-15. « Tout ne s'est pas déroulé comme prévu, mais je peux néanmoins affirmer que la majorité des objectifs ont été atteints », avoue-t-il.

De plus, le terrain dédié aux para-commandos recelait encore un autre challenge. « Cold Lake est un terrain d'entraînement idéal. En Belgique et aux Pays-Bas, les zones de largage sont petites et étroites. Ici au Canada, nous pouvons faire atterrir beaucoup de parachutistes dans une large zone », nuance le capitaine Rein Nieuwland, chef de peloton des pathfinders néerlandais. « De plus, nous pouvons voler à faible altitude. Les possibilités sont légion et l'apprentissage qui en découle est considérable. Cela ne concerne pas uniquement les parachutistes mais également le largage de matériel. »

Au sol, l'exercice comporte de nombreux défis. « Il existe très peu de cartes de la région », poursuit le lieutenant Verschoeven. « La plupart sont d'ailleurs rudimentaires. Nous nous sommes basés, par conséquent, sur des vues aériennes de Google Earth pour réaliser nos plans de route et plannings. Le terrain lui-même est très boisé et marécageux. Ceci dit, c'est une bonne occasion pour nos jeunes de pratiquer la tactique. »

La collaboration entre les deux pelotons de pathfinders existe déjà depuis plus de cinq ans. « Nous n'avions pas encore de peloton en 2007 », déclare le capitaine Nieuwland. « Lorsque nous avons recherché des pays qui en disposaient, la Belgique a naturellement été prise en considération pour l'usage de ses langues. Une étroite collaboration a vu le jour depuis. Nous suivons la formation de pathfinders à Schaffen et les Belges viennent pour les cours d'information du trafic aérien. Nous nous exerçons ensemble et tentons ainsi d'élever le niveau. »

Cela se passe assez bien. « Nous avons progressé dans les domaines du largage et des sauts en parachute », complète le lieutenant Verschroeven. « Les Néerlandais possèdent, quant à eux, une plus grande expertise en matière d'infiltrations par hélicoptère. Nous sommes très complémentaires. »

Même si tous les objectifs n'ont pas été atteints, l'efficacité de cet entraînement est manifeste. Maple Flag est dès lors un évènement majeur inscrit à l'agenda des prochaines années.