-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Les forces spéciales s’entraînent au Sénégal

Les forces spéciales s’entraînent au Sénégal

 

Le Special Forces Group belge participe à Flintlock 2016, le plus grand exercice international des forces spéciales sur le continent africain. Jusqu'à la fin du mois de février, ses membres vont former leurs collègues nigériens à Thiès, près de Dakar au Sénégal.

Près de 1 700 membres des forces spéciales de 33 pays différents participent à Flintlock 2016. Les participants africains viennent du Burkina Faso, du Cameroun, du Tchad, du Niger, du Nigeria et enfin du Sénégal. Certains de ces pays souffrent de guerres civiles. « La formation vise à lutter contre le trafic d’armes illicites, la contrebande et le trafic d’êtres humains », explique le commandant du détachement des forces spéciales belges. « Actuellement, la région du Sahel est mise sous pression par des organisations terroristes comme Boko Haram et Al-Qaïda. L'Occident cherche à renforcer la région, pour créer un « tampon » plus important. Nous leur fournissons les outils nécessaires pour assurer leur sécurité et celle de leurs concitoyens. En partageant nos connaissances, nous contribuons à la stabilité de certains pays tels que le Mali, le Niger et le Sénégal. »

Le travail des forces spéciales est d’adapter les patrouilles, les reconnaissances, la navigation, les tirs, les premiers secours et l’organisation des points de contrôle de leurs collègues nigériens. « Dans le passé, les Nigériens ont perdu un grand nombre de collègues victimes d’hémorragies. Elles sont l'une des trois causes principales de mortalité au combat et peuvent être évitées en appliquant le protocole TCCC, que les médecins des forces spéciales leur enseignent. TCCC signifie Tactical Combat Casualty Care. En d’autres termes, le TCCC consiste à appliquer les premiers secours lors d’un accident survenu dans un contexte tactique. Il permet de sauver la vie de camarades à l’aide des ressources limitées rencontrées sur le terrain. »

La participation des forces spéciales belges (SF Gp) fait partie des devoirs de l’assistance militaire, l'une des trois tâches principales du SF Gp. Elle est également l’occasion de maintenir des contacts internationaux avec des partenaires de la coalition. Le Task Group belge est dirigé par des Canadiens et par le Commandement des Opérations Spéciales en Afrique. Le principe « les SOF entraînent des SOF » est d’application ici et la formation est axée sur l’amélioration des capacités des pays africains participants en matière de contre-terrorisme.

À la fin de l'exercice, les Nigériens rentreront après avoir accumulé un grand nombre d'informations et de connaissances. Ils décideront alors dans quelle mesure intégrer ces techniques dans leurs opérations quotidiennes. Un lieutenant nigérien était déjà ravi de cette coopération : « Les Belges sont très professionnels et ont beaucoup d'expérience en Afrique. Ils savent très bien ce dont nous avons besoin quotidiennement et adaptent la formation. » La Belgique à l’intention d’investir à long terme dans l’entraînement des soldats nigériens par le biais des exercices annuels Flintlock.