-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Les Forces spéciales devant la côte belge

Les Forces spéciales devant la côte belge

 

Cette semaine, une équipe des Forces spéciales belges est montée à bord du navire garde-côte P902 Pollux afin de tester divers exercices d'infiltration de nuit au large de la côte belge. Normalement, ses membres opèrent toujours dans l'ombre, par nécessité pour eux-mêmes et leurs familles, mais aussi à cause des opérations délicates qu’ils doivent effectuer fréquemment.

Grâce à l’engagement du P902 Pollux comme navire mère, la zone côtière a pu être reconnue avec la caméra infrarouge du bord afin de détecter les ennemis potentiels qui auraient pu remettre l'infiltration en question. Une fois la côte dégagée, à un mille nautique, l'équipe opérationnelle est montée à bord d'un des RIB (semi-rigides) du bord afin de débarquer sur la plage de De Haan aussi silencieusement que possible. Après avoir pris des photos et collecté des informations, l’équipe a été évacuée par d’autres moyens opérationnels. Le reste de l'opération est resté secret étant donné la situation actuelle.

Les navires de guerre ont été largement utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale pour des infiltrations ou des missions d'observation au cours « d’opérations combinées ». Ici, l'accent était plutôt mis sur l'exploration et les préparatifs pour le débarquement en territoire ennemi comme du temps de l'opération Jubilee (ou raid sur Dieppe), pendant laquelle le fondateur de la Marine, le lieutenant de Vaisseau Victor Billet perdait la vie.

Les tâches des Forces spéciales belges sont très variées. Compte tenu de la mondialisation actuelle de la violence, elles opèrent habituellement dans la zone d’ombre comprise entre la diplomatie et le conflit. Ses membres se concentrent davantage sur l'assistance militaire et peuvent servir d'instructeurs ou faire de la collecte de renseignements derrière les lignes ennemies. Mais ils peuvent aussi oeuvrer en tenue civile dans les villes ou en support des ambassades dans les zones à risque.

La plus grande bataille que les Forces spéciales livrent en ce moment est le recrutement. Les personnes voulant intégrer les Forces spéciales doivent être très diplomates, car pour elles, chaque combat évité est une victoire. Les compétences linguistiques et une bonne culture sont donc nécessaires. De plus, la vie d'un membre d’une unité spéciale n’est pas vraiment équilibrée car il ne sait jamais quand il part en mission et encore moins quand il en revient !