-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Le Bataillon d’Artillerie gronde dans un camp néerlandais

Le Bataillon d’Artillerie gronde dans un camp néerlandais

 

Les élèves de l'École d'Artillerie de Brasschaat achèvent leur formation « mortier » aux Pays-Bas. Le camp d’artillerie Het Harde les accueille afin qu’ils mettent leurs acquis en pratique lors de cet exercice de synthèse. 

Pour les élèves officiers et sous-officiers de l’École d’Artillerie de Brasschaat, l’exercice de synthèse signifie la fin de leur formation sur mortier 120 millimètres. Les officiers endossent les rôles du chef de peloton et du forward observer (observateur avancé), les sous-officiers ceux de l’adjoint des observateurs avancés et du chef de pièce.

Lors de l’application de scénarios, les élèves doivent mettre leurs connaissances théoriques en pratique tant sur le plan des possibilités qu’offrent leurs mortiers que sur celui de l’efficacité dans leur mise en œuvre. « Chaque position est étudiée à l’avance par le chef de peloton et son équipe de reconnaissance », explique le sous-lieutenant Sven Woulff. « Grâce aux drapeaux plantés par les équipes de reconnaissance, les différents emplacements qu’occuperont les pièces sont bien renseignés. Une fois celles-ci en place, les tirs peuvent commencer. » 

Depuis trois ans, le personnel du Bataillon d’Artillerie travaille en étroite collaboration avec des collègues néerlandais. Tous utilisent les mêmes systèmes d’armes et de munitions ainsi que le même manuel. Tant les élèves que les instructeurs font l’objet d’échanges réguliers.    

« Nous avons harmonisé les méthodes de travail d’un peloton mortiers 120 millimètres », précise le capitaine Werner Van Staey, commandant de la Batterie Instruction. « Cela signifie que nous utilisons la même terminologie et les mêmes procédures, toutes parfaitement assimilées pour pouvoir travailler ensemble. »