-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

L’avenir de la chasse aux mines en mer

L’avenir de la chasse aux mines en mer

 

À l’initiative des marines belge et néerlandaise, des journées de contact, en vue du renouvellement de la capacité de chasse aux mines, étaient organisées les 15 et 16 décembre derniers. C’est au Centre of Excellence d’Eguermin (École belgo-néerlandaise de lutte contre les mines située à Oostende) que ces journées avaient lieu.

Le but premier était l’échange d'informations entre les officiers de la chasse aux mines et les officiers plongeurs affectés dans les différents états-majors et autres unités des deux pays. D’autre part, les commandants de navire et les doyens des deux marines étaient également invités pour un échange d’idées sur la chasse aux mines dans son sens le plus large.

D’ici cinq ans, les capacités de lutte contre les mines des deux marines arriveront à la fin de leur cycle de vie. Dans le cadre des programmes de remplacement de ces plateformes, la DGMR-Sys/N se penche déjà sur les différentes technologies qui pourraient être utilisées pour remplacer les unités actuelles, avec équipage, par des systèmes sous-marins et de surface téléguidés.

Suite à une étude de l’OTAN dans les années nonante, où les manquements dans les systèmes existant ont été analysés, il est apparu que la probabilité de détection des mines diminuait quand la distance entre le senseur et la mine se réduisait. Avec le concept belgo-néerlandais « Next Generation », les senseurs devront à l’avenir être indépendants de la plateforme de lancement afin d’intervenir plus vite, plus efficacement et en toute sécurité. Ces deux journées de réflexion et les analyses qui en ont découlées, seront dès lors plus qu’utiles avant d’entreprendre la construction de ces nouveaux chasseurs de mines.