-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

L’autre EUTM

L’autre EUTM

 

En 2012, la République centrafricaine connaissait des troubles politiques. Le président dut fuir le pays. Après l’instauration par la France d’une mission de maintien de la paix en 2013, l’Union européenne décida, début 2014, d’envoyer un contingent international. 

Après la prise du pouvoir en République centrafricaine, 37 000 personnes dont le président Bozizé, quittèrent le pays. Cent septante mille personnes devenaient, quant à elles, réfugiées dans leur propre pays. La France réagissait alors le plus rapidement possible pour faire face aux problèmes de son ancienne colonie. Les États membres de l'Union européenne lui emboîtèrent le pas. Après l'approbation du Conseil de sécurité des Nations unies, les troupes de l’EUFOR RCA furent déployées pour stabiliser une région incluant la capitale de Bangui. En mars 2015, ses troupes ayant atteint leur objectif, elles étaient remplacées par l’EUMAM (European Union Military Advisory Mission). L’EUTM (European Union Training Mission) reprenait ensuite le flambeau en juillet 2016. Ce contingent EUTM RCA veillera à assurer la formation militaire et stratégique des troupes locales jusqu'en septembre 2018 au moins. 

Le 14 janvier 2017, le premier contingent était officiellement relevé. Le général de brigade Herman Ruys (DCOS Support EUROCORPS) est depuis à la tête du contingent de l’EUTM RCA. Il commande quelque 175 hommes et femmes provenant de 12 pays dont 26 Belges. Ils exercent leurs fonctions dans une ancienne fabrique de textile située dans le camp Moana. Les circonstances sont stressantes tant physiquement que mentalement mais comme l'a souligné le général Ruys dans son discours : « Quand je vois la motivation des soldats centrafricains, l'esprit positif dans lequel ils travaillent malgré les difficultés rencontrées, je sais pourquoi nous sommes là ! »