-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

À l'assaut des flammes

À l'assaut des flammes

 

Dans le cadre de ses missions d'aide à la Nation, la Défense peut être appelée en cas d'incendies à grande échelle en milieu naturel. Afin d'y répondre, un nouvel outil destiné à la Mobile Air Operating Team de Schaffen, le Water Bambi Bucket a été livré. Ce seau d'eau héliporté par NH90 Caïman fut récemment testé et évalué à Bütgenbach par le 1er Wing.

Le Water Bambi bucket est un récipient souple, similaire à un sac, accroché à l'aéronef au bout d'une élingue, qui permet d'effectuer les mêmes opérations qu'un avion de type Canadair, le remplissage se faisant ici par le haut du sac, en vol stationnaire. "Ce projet d'achat a été lancé suite à l'incendie qui a ravagé plusieurs milliers d'hectares dans les Fagnes en 2011" explique le capitaine-commandant Marieke Hardeman, gestionnaire matériel en charge du projet. Le modèle sélectionné est le Bambi MAX de la firme canadienne SEI Industries, léger et compact, pesant 130kg à vide et ayant une capacité d'emport de 2 500 litres d'eau qui peut être libérée en un ou plusieurs largages. Le budget avoisinant les 80.000 euros est intégralement pris en charge par le ministère de l'Intérieur dans le cadre d'un protocole d'accord entre celui-ci et le ministère de la Défense. "Ce protocole inclus également les frais d'étude, de formation, de maintenance et d'utilisation en cas de soutien apporté à la Protection Civile" conclut ce gestionnaire de matériel.

Campagne de tests et d'évaluation

Utilisé par nos collègues hollandais et finlandais avec leurs hélicoptères Chinook et/ou Cougar, le Water Bambi bucket sera mis en œuvre chez nous avec le nouvel NH90 TTH (transporteur de troupe). Toutefois, avant sa mise en service, prévue mi-2017, ce nouvel outil doit subir deux campagnes d'essais. La première, Development Test and Evaluation (DT&E), sous la responsabilité du major François Warnant, pilote d'essai, se clôturera normalement au printemps 2017, les températures actuelles à Bütgenbach n'ayant pas permis d'effectuer tous les tests. Durant cette phase de plusieurs mois, des tests et adaptations (notamment par le Centre de Compétence du Matériel Volant et Systèmes de Communication et d'Information - CCV&C - et le 1er Wing au niveau du câble électrique) sont effectués sur le matériel. Au sol, à l'aide d'une grue et ensuite avec le NH90. "À l'issue de la campagne d'essai DT&E, nombres de documents doivent être rédigés afin que cette modification puisse être approuvée par le Belgian Military Airworthiness Authority (BMAA). "Une fois cette étape franchie, la campagne d'essai Operational Test and Evaluation (OT&E) peut débuter. Ces essais permettent notamment de déterminer les contraintes liées à l'usage de ce type d'outil." La contrainte principale est que la masse du seau rempli (2,6 tonnes) limite fortement la quantité de carburant pouvant être embarqué, ce qui a un impact direct sur la durée de disponibilité de l'appareil . De plus, la combinaison des masses amènent la masse totale du NH90 proche de ses limites. Il en résulte une réserve de puissance et donc une marge de manœuvre très limitée lorsque l'hélicoptère opère à des faibles vitesses, ce qui est le cas lors de la phase du remplissage du sceau" nous explique ce pilote. Autre aspect de ce type d'opération, le seau est pendu à une élingue de 20 mètres (60 pieds), ce qui oblige l'équipage à opérer en vol stationnaire hors effet sol (Hover Out of Ground Effect-HOGE). L'appareil ne bénéficie plus, à partir de +/- 50 pieds de l'avantage du cousin d'air crée entre le rotor principal et le sol, ce qui implique une puissance accrue et donc une diminution plus rapide d'autonomie.

Prochaine campagne d'essai, l'OT&E aux commandes du major François Hénoumont.
Affaire à suivre