-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La sécurité maritime est notre affaire !

La sécurité maritime est notre affaire !

 

L'exercice belgo-néerlandais de soutien aux navires marchands Snow Master a célébré ses 35 ans d'existence et les 10 années de focalisation sur la problématique de la piraterie.

Ce type d’exercice assisté par ordinateur forme les officiers du cadre de réserve à l’usage des procédures OTAN du Naval Cooperation and Guidance for Shipping (NCAGS) et de l’Allied Worldwide Navigational Information System (AWNIS), dans le but d’assister et de protéger le transport de marchandises par voie maritime. Snow Master a eu lieu à Ostende, au sein de l'école belgo-néerlandaise de guerre contre les mines (EGUERMIN).

C'est en forgeant que l'on devient forgeron

SNOW MASTER a été lancé en 1979, comme exercice d'entraînement aux procédures OTAN des NCAGS et de l’AWNIS. Entretemps, l'exercice s'est développé jusqu'à devenir un entraînement indispensable à tout le personnel du NCAGS, comportant des scénarios et incidents relatifs à la piraterie et aux tensions internationales, croissantes depuis 10 ans. Les participants sont amenés à réagir correctement. Pour cela, ils s'exercent à rédiger et à transmettre des messages aux marins, prenant en compte les aspects juridiques pour conseiller et appuyer la marine marchande. Cette année, la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark, l'Allemagne, l'Italie, la Pologne, la Norvège et la Grande-Bretagne étaient de la partie.

Protection militaire

La piraterie qui sévit le long des côtes somaliennes représente une menace réelle pour la navigation internationale depuis le début des années 90. Nombre d'organisations internationales s'en sont préoccupées et en ont appelé à une action efficace et coordonnée. Le détournement du navire déverseur de pierres belge Pompéi le 18 avril 2009, a plaidé en faveur d'une sécurisation adaptée. L'opération maritime européenne Atalanta, sous mandat de l’ONU, tente d'enrayer la piraterie face aux côtes somaliennes. « Des spécialistes belges du NCAGS sont d'ailleurs présents en permanence au Maritime Security Center – Horn of Africa (MSCHOA) depuis 2009, intégré dans l’Operational Headquarter Atalanta, situé à Northwood (Royaume-Uni) », explique Olivier Trullemans. « Le MSCHOA est responsable de la bonne interaction et d'une communication continue avec la marine marchande. Notre mission principale consiste à accompagner, informer et conseiller la marine marchande dans le Golfe d'Aden, la Corne de l'Afrique et le Bassin somalien. La gestion de l’information est la clé. »

NCAGS et marine marchande, main dans la main

Durant cette semaine, l'accent a été mis sur les techniques et procédures récentes visant à améliorer la collaboration
entre le Service public fédéral (SPF) Mobilité, l'Union royale des armateurs belges et la Marine. « L'exercice est principalement focalisé sur la menace de la piraterie et le terrorisme maritime qui guettent la marine marchande. L'échange d'informations en toute confiance entre les autorités militaires et les armateurs est capital », souligne Olivier Trullemans.

La Réserve

Vu la collaboration étroite et les contacts nécessaires dans le cadre du NCAGS/AWNIS entre les organisations militaires d'une part et le monde économique civil et maritime d'autre part, les NCAGS de tous les pays de l'OTAN sont principalement composées de militaires de réserve. Tous les membres belges du NCAGS sont réservistes. Des ingénieurs, juristes, informaticiens ou collaborateurs d'autorités portuaires apportent leur pierre à l'édifice par l'expérience et les connaissances professionnelles civiles. Olivier Trullemans esquisse
son apport personnel : « Tant qu'il me le sera permis, je serai toujours prêt à occuper la fonction prévue d'officier NCAGS au sein du quartier général opérationnel d’Atalanta à Northwood. Vu mon statut d’indépendant, je peux me libérer pour de longues périodes. Être au service de la communauté, de la Défense et de la Marine me satisfait amplement. Nous formons un groupe uni, relativement peu connu, mais d'importance capitale pour permettre au transport de marchandises par voie maritime de se dérouler en toute sécurité. »