-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La Louise-Marie et le Primula se sont préparés durant Joint Warrior

La Louise-Marie et le Primula se sont préparés durant Joint Warrior

 

Deux fois par an, la Marine britannique (Royal Navy) organise, au Nord-Ouest de l’Ecosse, un exercice multinational de grande envergure. Joint Warrior est un des plus grands exercices en commun, où l’accent est mis sur la dimension maritime. Cette année, l’exercice s’est déroulé du 30 septembre au 13 octobre, tant en mer que sur terre et dans les airs. La Belgique y était également représentée avec la frégate F931 Louise-Marie et le chasseur de mines M924 Primula.

Durant l’exercice, près de 13.000 militaires, 75 hélicoptères ou avions et 30 navires ont été engagés. Au total, 14 pays ont participé à cet exercice, La partie maritime de l’exercice se scinde en trois phases : attaques de sous-marins, tirs de surface pour les frégates et lutte contre les mines pour les chasseurs de mines. Tous les aspects de la guerre maritime y sont entraînés avec un niveau de difficulté croissant.

Le M924 Primula s’y trouvait engagé en tant que membre de l’escadre permanente de lutte contre les mines de l’OTAN, SNMCMG1 (Standing Naval Mine Countermeasures groupe 1).

Sous les ordres du commandant letton de l’escadre Gvido Laudups, les chasseurs de mines belges, français et anglais ont déminé les zones autour de Cape Wrath et Garvie Island de façon à permettre aux troupes terrestres et aux fusiliers marins de débarquer en toute sécurité sur les côtes écossaises.

Pour le Primula et l’escadre OTAN, Joint Warrior est une occasion unique d’affiner les capacités de lutte contre les mines dans un environnement extrême. Pour ce faire, il n’y a pas que les moyens de défense individuels qui sont entraînés, mais également le fait d’évoluer au milieu de navires de guerre d’un autre calibre.

La présence du Louise-Marie montre que la Marine belge saisit toutes les opportunités pour maintenir le haut niveau d’entraînement de ses navires opérationnels.

Grâce à cet exercice international, les méthodes de travail, les opérations et les communications sont testées et améliorées en permanence afin que l’OTAN dispose d’une flotte opérationnelle (Combined Joint Task Force), prête à intervenir partout dans le monde.