-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La frégate Louise-Marie est prête pour l’opération Sophia

La frégate Louise-Marie est prête pour l’opération Sophia

 

La frégate belge F931 Louise-Marie quittait son port d’attache de Zeebruges la semaine dernière avec 176 membres d’équipage. L’équipage de base était complété d'une équipe de 21 seatrainers néerlandais qui dispenseront un entraînement avancé durant la première semaine.

Le transit vers le théâtre d’opération durant environ une semaine, le moment est idéal pour poursuivre la préparation de l’équipage de cette mission. Étant donné que le navire est complètement équipé et opérationnel, le niveau d’entraînement est donc substantiel. L’accent est principalement mis sur la lutte contre les incendies et les avaries mais aussi sur des actions extérieures au navire comme les abordages, les opérations de sauvetage ou encore la collecte d’informations.

La frégate est actuellement engagée pour lutter contre le trafic d’armes et d’êtres humains en Méditerranée. Ces actions comportant évidemment des risques, le navire doit être prêt à se défendre. L’appui feu, avec des armes de différents calibres, fait donc également partie de cet entraînement intensif.

L’équipage a été renforcé par des plongeurs du SEDEE, par un traducteur de la Composante Terre, un aumônier, une équipe hélicoptère de la Composante Air ainsi que par un médecin de la Composante Médicale. L’hélicoptère sera sollicité pour des vols de reconnaissance mais également pour garantir un appui feu lors des abordages. La simulation d’accident aura aussi permis au médecin et à son équipe de vérifier les protocoles d’urgence, entraînant de la sorte intensivement et individuellement tous les militaires concernés par les premières actions médicales à prendre en cas de nécessité.

Après une semaine d’entraînement, la frégate a fait escale en Sicile afin de se ravitailler en carburant et d’installer les moyens de communications nécessaires pour communiquer avec les autres unités d'EUNAVFORMED sur des réseaux sécurisés. La Louise-Marie est à présent tout à fait prête, sous pavillon européen, à enrayer le business des trafiquants, à repérer les trafics d’armes, les saisir et les détruire si nécessaire ainsi qu'à sauver des vies humaines le cas échéant.

Durant cet engagement, la frégate fournira également des renseignements à l’OTAN dans le cadre de l’opération Sea Guardian.