-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La Défense signe le premier protocole 'Solution pollution des sols' avec la Wallonie

La Défense signe le premier protocole 'Solution pollution des sols' avec la Wallonie

 

Ce 22 juin, la Défense et le Service Public de Wallonie (SPW) signaient un premier protocole d’accord relatif à la gestion des sols. Celui-ci est le fruit d’une collaboration de plusieurs années. 

Ce protocole d’accord comprend l’inventaire des terrains potentiellement pollués dans les domaines de l’État gérés par la Défense en Wallonie. Il comprend également un programme d’investigation par le biais d’études d’orientation du sol.  

La Défense gère 26.000 hectares de domaines publics sur l’ensemble du territoire belge. Environ 11.000 ha sont situés en région wallonne, répartis dans 122 domaines ou quartiers. Diverses activités de l’époque ont laissé des traces. Parmi celles-ci, des dépôts et transports de produits pétroliers, des exercices incendie, de tir et de déminage voire même des activités de forces armées étrangères pendant et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.  

La Défense prend ses responsabilités en protégeant le sol par l’application de mesures strictes en matière de prévention relative à l’environnement. La prise en charge des pollutions historiques reste cependant un défi important auquel la signature de ce protocole apporte une solution.  

En février 2011 et avril 2013, un accord similaire avait été signé avec l’Openbare Vlaamse Afvalstoffenmaatschappij (OVAM) ; l’administration compétente pour la région flamande. Pour la Défense, la signature de ce protocole représente le complément logique d’un accord comparable passé au niveau de la région flamande et entre dans le cadre de négociations plus larges avec les différentes régions du pays. Le contenu des accords et des engagements que la Défense souhaite contracter en région wallonne est  identique à celui qu’elle a avec la région flamande. 

Pendant la durée de ce protocole, la Défense va inventorier ses terrains à risque et y réaliser des études d’orientation du sol. Ces études seront soumises au SPW d’ici le 31 décembre 2019.