-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La Défense a recours à EUROCONTROL pour gérer son trafic aérien

La Défense a recours à EUROCONTROL pour gérer son trafic aérien

 

Le système de contrôle aérien d'EUROCONTROL à Maastricht (MUAC) sera déployé sur plusieurs sites militaires du pays pour assurer le contrôle de la navigation aérienne dans le ciel belge. Le général-major Rudy Debaene, directeur général ad interim de la DG MR et Jac Jansen, représentant d'EUROCONTROL MUAC, ont signé une convention le jeudi 22 décembre dernier.

Pour régler le trafic militaire dans le ciel belge, la Défense utilise encore le système SEROS II, mais il est proche de sa « fin de vie ». C'est pourquoi une étude a été menée pour vérifier qu'un système partagé de contrôle aérien sur les sites belges était techniquement et opérationnellement envisageable ainsi que susceptible de générer des économies financières. Sur base des recommandations de cette étude, le Conseil des ministres a donné son aval en septembre 2016.

Le système de contrôle aérien partagé est un projet novateur par lequel une seule et même instance de navigation aérienne fournit des données à ses homologues civils ou militaires. Il contribue à réduire la fragmentation du réseau européen. En 2019, le système partagé sera opérationnel pour les opérations militaires « en-route » ainsi que dans les tours de contrôle de Coxyde, Beauvechain, Florennes et Kleine-Brogel pour les opérations d'approche et dans la tour opérations.

Ce concept qui améliore la collaboration entre les contrôleurs aériens militaires et civils permet également d’accroître la sécurité. La gestion collective des moyens affectés au développement et à la maintenance génère en outre des économies d'échelle.

Lorsque le système MUAC sera perfectionné ou porté aux normes SESAR, la Défense bénéficiera automatiquement de ces améliorations. SESAR aide à moderniser la gestion de la navigation aérienne européenne. Il gère et implémente également le Master plan Air Traffic Management européen. Alors que les contrôleurs aériens utilisaient par le passé des procédures verbales de coordination, ce processus sera désormais automatisé. Cela signifie un allégement considérable des tâches des contrôleurs aériens en Belgique et à Maastricht. Un système commun est également une promesse de gestion plus efficiente, parce que les contrôleurs civils connaîtront le statut des zones militaires et les finalités des avions militaires les survolant.

Le système de contrôle aérien partagé est basé sur un concept éprouvé de « centre virtuel » développé par le MUAC. Il a été introduit en 2013 sur différents sites de la Force Aérienne néerlandaise. « Le système est fiable et nous sommes persuadés que nos collègues belges ont fait le bon choix », explique Jac Jansen, directeur du MUAC.

« La Direction Générale Material Resources ne peut que confirmer les avantages de cette collaboration », poursuit le général-major Rudy Debaene. « Outre les avantages économiques et ceux découlant de la réduction de techniciens militaires spécialisés, cette collaboration nous permet de faire de grands progrès dans la gestion de notre espace aérien. Celui-ci sera plus sûr et plus efficient pour deux de ses trois acteurs. »

« Collaborer dans un même système optimise la coordination et la communication. Cela ne pourra qu’être profitable à la sécurité aérienne », conclut le général-major aviateur Vansina, le commandant de la Composante Air.