-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La Défense dans le monde : appui au combat, formation, soins médicaux et plus encore

La Défense dans le monde : appui au combat, formation, soins médicaux et plus encore

 

Le point presse dédié aux opérations de la Défense ce vendredi 30 septembre 2016 s’est particulièrement penché sur l’opération Desert Falcon (ODF). Les missions menées par les F-16 belges en Irak et en Syrie sont au cœur de l’actualité, et la Défense s’est expliquée en détails sur le déroulement de cette opération, ses enjeux et résultats.

Le général-major aviateur Frederik Vansina, commandant de la Composante Air, a présenté les différentes statistiques et méthodes de travail de manière à démontrer le professionnalisme du personnel engagé dans l’opération ODF. « La Belgique est considérée par la coalition comme un partenaire fiable », conclut le général. « Tout en respectant nos règles d’engagement à la lettre et en n’ayant causé aucun dégât collatéral, nous pouvons nous targuer d’un bilan positif pour 100% de nos missions. » Le combat contre Daesh, au sein de la coalition internationale, entre dans le cadre plus large d’aider à la reconstitution d’une société civile pérenne.

Aussi, il a été rappelé que la Défense est également active dans la formation des troupes irakiennes. « Nous y faisons de la génération de force », précise le capitaine de frégate Guy Schotte, « chef current ops » de la Défense. « Ce qui signifie que nous aidons à la formation de soldats locaux. La guerre en Irak revient aux Irakiens, notre rôle est de les appuyer. Le niveau de compétence des troupes irakiennes a d’ailleurs augmenté dernièrement, et la Belgique se place de plus en plus en retrait. » Dans le futur, la Défense continuera son engagement en Irak plutôt dans un rôle de conseiller auprès de l’état-major irakien.

L’impact des opérations nationales sur le bilan des opérations de la Défense en 2016 est flagrant. A elles seules, les opérations Vigilant Guardian (soutien à la police dans les rues du pays) et Spring Guardian (soutien à la police et apport d’une force de réaction rapide sur les sites nucléaires), valent pour 73 % de l’engagement. « La Composante Terre est lourdement impactée par cet engagement », rappelle Schotte. « L’opération Baltic Piranha, dont un des buts est d’entrainer l’interopérabilité internationale aux portes de la Russie, est l’unique occasion pour les soldats de cette Composante de réellement entrainer leurs compétences interarmes et internationales. »

Il a également rappelé que les troupes formées en République Démocratique du Congo et son personnel de sécurité sur place ont eu d’importants rôles à jouer lors des violences des dernières semaines dans les Kivu et à Kinshasa. La Belgique a d’ailleurs un poste de commandement dans la mission de l’Union Européenne de formation des troupes burundaises menée par l’Eurocorps.

La Défense est engagée dans la plupart des conflits majeurs de par le monde. Des petits détachements sont actifs ailleurs, et notamment dans des missions de formation médicale en Ukraine et en support logistique en Géorgie. Sans compter l’opération Sophia en cours dans la Méditerranée, qui implique notamment un appui à l’entrainement des garde-côtes libyens et le prochain départ du Louise-Marie. La Défense est en appui sur presque tous les fronts.