-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

La centrale des garde-côtes de demain

La centrale des garde-côtes de demain

 

Ce 6 mars, exactement 30 ans après la catastrophe maritime du Herald of Free Entreprise, le gouverneur de la province de Flandre occidentale, Carl Decaluwé, a présenté la future centrale de la garde-côtière lors d’une séance académique faisant salle comble. Celle-ci était organisée dans la salle Kamina de la base navale de Zeebruges.

Comme le dit le proverbe : "La mer donne et prend". Mais la commémoration du 30e anniversaire de la catastrophe maritime du Herald of Free Entreprise nous mène perpétuellement à la même question. À savoir : combien de catastrophes sont-elles encore nécessaires avant de prendre conscience de ce qu’il faut faire pour les éviter ?

Ce drame n’est pas uniquement à l'origine de la rédaction d’un plan d’urgence destiné à la mer du Nord, mais il a également déclenché la mise en oeuvre d'un centre de crise du gouvernement fédéral.

Il y 30 ans, la garde-côtière n’existait pas, tout comme le centre maritime de coordination et de sauvetage en cas d’accident en mer. Il y avait bien un centre de sauvetage et de nombreux services ayant spontanément offert leur aide et sauvé des vies mais sans réelle coordination.

Aujourd’hui, nous avons la certitude que le trafic maritime depuis et en direction de nos ports est garanti par le travail collectif de divers acteurs, comme les différentes composantes de la Défense, les nouveaux patrouilleurs P901 Castor et P902 Pollux, le Centre d’Information Maritime (CIM) et les hélicoptères Search and Rescue de la Composante Air. Malheureusement, la logique financière l’emporte parfois sur la logique sécuritaire. Le temps c’est de l’argent, raison pour laquelle toutes les économies sont bonnes à faire et ce, parfois au détriment de la sécurité. Le rapport sur les causes du naufrage du Herald of Free Entreprise est là pour nous rappeler que l’empressement peut avoir des conséquences désastreuses. Malgré les règles de sécurité et les exercices de procédures d’urgence, la routine reste toujours une menace.  

Faire preuve de bonnes intentions et remédier aux manquements en termes de réglementation, ne sont, par ailleurs, pas synonymes de sécurité en mer. C’est un processus continu dans lequel nous devons conjointement poursuivre les investissements.

Grâce à une centrale performante, l’avenir est déjà moins incertain. Un grand pas vers un monde meilleur vient d'être franchi grâce aux 17 partenaires des garde – côtes dont la Défense fait partie.