-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Info@Reserve : “Je veux prester !” – Questions récurrentes : une explication

Info@Reserve : “Je veux prester !” – Questions récurrentes : une explication

 

Combien de jours doit-on prester ?  Chaque militaire de réserve est tenu de prester annuellement 5 jours (pour les volontaires) ou 7 jours (pour les officiers et sous-officiers) si il/elle veut appartenir à la réserve "entraînée". Ce nombre minimal de jours de prestations (5/7) est une norme et par conséquent N’EST PAS restrictif.

Puis-je prester plus de 5/7 jours ? Oui, mais uniquement selon les besoins de la Défense et pas selon votre bon vouloir. Ces jours de rappel dénommés  jours “supplémentaires” ou encore jours “extras” dans notre jargon, font l’objet d’une demande préalable émanant de l’unité. Cette demande est transmise à la sous-section DNR-P  de la Direction de la Réserve Nationale (DNR). Celle-ci décide de l’octroi ou du refus des jours demandés.

Toutes les prestations doivent-elles être effectuées à l’unité ? Non. Comme militaire de réserve, vous pouvez également être engagé au profit d’une autre unité. Il s’agit d’un accord entre deux unités avec l’agrément de DNR. C’est une sorte de « renfort » qui peut éventuellement être sollicité via DNR.

Tous les jours comptent-ils pour la ‘prestation minimale’ ? Oui. Chaque prestation est considérée comme une mission en faveur de la Défense et est prise en compte comme rappel ordinaire. Ce rappel est d’ailleurs rétribué via le dossier de rappel. Les « prestations de perfectionnement » (par exemple : participer à un cours à la demande de l’unité) sont considérées comme prestations ordinaires et entrent en ligne de compte.

Qu’en est-il des formations continuées ? Sont-elles également prises en compte pour obtenir le quota des 7 jours ? En effet, sous la dénomination de “rappels d’avancement”. Les 7 premiers jours sont considérés comme ‘minimum training’. La participation à la formation continuée implique que le militaire de réserve concerné n’effectue plus d’autres prestations durant cette même année. Il peut être dérogé à cette règle exceptionnellement à la demande de l’unité.

La participation à la compétition nationale (URNOR/URNSOR) est-elle considérée comme prestation ordinaire ? Ces prestations sont approuvées par DNR et entrent donc en ligne de compte. Elles peuvent éventuellement être comptabilisées dans le paquet de 5/7 jours « d’entraînement de base ».

Les candidats peuvent-ils prester ? Non. Leur qualité de candidat militaire de réserve les oblige d’abord à terminer leur période d’instruction. C’est seulement après avoir été nommé dans le grade de base comme militaire de réserve qu’ils peuvent prester.

Combien de jours puis-je prester au maximum ? Ce nombre est fonction des besoins réels. Par conséquent, cela diffère d’un individu à l’autre. Quoi qu’il en soit, c’est toujours DNR qui octroie les jours supplémentaires. Si le nombre de jours consécutifs dépasse deux mois, une PVE (prestation volontaire d’encadrement) doit être envisagée. Celle-ci fait l’objet d’une procédure spécifique via le cabinet du ministre de la Défense.

Que se passe-t-il si je ne puis me libérer l’année suivante ? Il n’y a pas péril en la demeure, car les prestations peuvent être regroupées. Le militaire de réserve peut, selon le programme d’entraînement et sa disponibilité, demander de regrouper ‘a priori’ ses rappels ordinaires annuels correspondant à une période de deux ou trois ans. Ce regroupement permet a priori au militaire de réserve de rester dans la réserve entraînée jusqu’à la fin de l’année X+1 (ou X+2), à la condition que les prestations minimales cumulées pour rester entraîné l’année X et X+1 (et X+2) aient été exécutées durant l’année X. Une fois le regroupement accordé par DNR, le militaire de réserve n’a plus le droit d’exécuter des prestations en X+1 (X+2).