-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Exercice catastrophe grandeur nature

Exercice catastrophe grandeur nature

 

Le mercredi 15 mai 2013, un exercice sans précédent simulant une catastrophe aérienne entre deux appareils militaires a nécessité une recherche effrénée des débris de ce crash. Organisé par l'Aviation Safety Directorate (ASD) dans le cadre des activités de prévention de la Composante Air, cet entraînement à Marche-en-Famenne faisait la part belle à la collaboration civilo-militaire.

Jamais encore la Composante Air n'avait organisé un tel exercice reprenant tous les aspects d'un crash aérien. Lorsque des moyens de transport militaires sont impliqués dans des accidents en Belgique ou à l'étranger, une série d'actions doivent être entreprises. Les intervenants sont par ailleurs nombreux : de la police locale au parquet fédéral en passant par des services de protection, de déminage et d'analyse.

L'exercice est réalisé avant tout par des membres du SEAA (Service d'Enquête des Accidents d'Aviation). L'enquête menée sert à déterminer les causes de l'accident et ainsi réduire les risques futurs.

Les participants sont suivis et évalués au cours des trois jours que dure la manœuvre. En parallèle et conjointement à leur travail d'enquête, il s'agit de rendre efficace le travail de chacun sur le terrain. Par exemple, dès la découverte de débris dangereux, un périmètre de sécurité doit être établi, la zone sécurisée et les pompiers militaires rapidement prêts à la décontaminer pour que le parquet puisse se rendre sur les lieux.

« Ce genre d'exercice est l'occasion de revoir les procédures comme elle permet aux nouveaux venus d'acquérir de l'expérience. Car, heureusement, nous avons moins d'accidents aériens que dans les années 80. », conclut le lieutenant-colonel de réserve Pierre Meyfroidt, organisateur de ce grand rassemblement.