-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Dans le sillage des cadets de la Marine

Dans le sillage des cadets de la Marine

Le soleil se reflète sur la Dendre. La Vedette du Rhin V901 Leie tangue le long du quai au rythme des vagues. Six jeunes entre 12 et 18 ans se tiennent solennellement sur le pont arrière : le dos droit, les épaules en arrière. Un « Garde à vous ! », résonne brusquement. Comme un seul homme, ils forment les rangs. Le drapeau est hissé, les jeunes saluent. C’est le début d’une journée au sein du « Corps Royal des Cadets de la Marine ».

Avant le départ, ils organisent un exercice « homme à la mer ». Ce sont les congés de Pâques, les cadets sont toujours prêts. Pour eux, ce ne sont pas des vacances durant lesquelles ils se prélassent, regardent la télé ou s’occupent sur leur ordinateur. Non, les cadets de la Marine apprennent les procédures d’urgence, à nouer des nœuds, à amarrer, à passer des écluses et bien d’autres choses. Car c’est l’objectif de l’association : ils essaient de promouvoir l’esprit marin auprès de la jeunesse. Et cela fonctionne. Grâce aux 250 membres de toute la Belgique, la connaissance nautique reste largement diffusée.

Jo Minnoye aime également naviguer… et cuisiner.  À bord du Leie, il peut facilement combiner ses deux intérêts. En tant qu’aide de cuisine, il veille à ce que tous les estomacs restent remplis. Durant l’amarrage ou lorsqu’ils passent une écluse, il retourne sur le pont pour fournir un coup de main. « C’est la diversité qui m’attire » explique Jo. « C’est de façon volontaire que j’ai choisi cette fonction. Vous pouvez indiquer à l’avance ce que vous préférez et ils en tiennent compte. Je travaille en cuisine, mais je trouve les autres tâches chouettes. Je fais partie des cadets de la marine depuis déjà sept ans et c’est toujours un plaisir. »

Comme une machine bien huilée, tout le monde est à son poste. Ils sont prêts à naviguer via la Dendre, le long du Bovenschelde jusque dans le Zennegat, telle est la route de ce jour. Une fois que la Vedette du Rhin navigue vers son cap, Quentin Delporte entre en action. Il est cadet depuis trois ans et tient volontiers le gouvernail, il est donc le barreur de service. « Naviguer est très reposant », raconte-t-il. «  C’est un plaisir de naviguer et d’être entouré par  la nature au lieu de rester chez soi derrière un ordinateur. Les autres cadets sont ici depuis des années, nous sommes devenus de bons amis et c’est également important. »

Le « Corps Royal des Cadets de la Marine » reçoit le soutien de la Défense au niveau personnel, matériel, infrastructure et financier. Mais ce n’est pas tout. Grâce aux efforts de l’association, les jeunes reçoivent déjà une notion du travail au sein de l’armée et de la Marine. Car les cadets ne réalisent pas uniquement des activités en mer ou sur rivière. Ils suivent annuellement un camp à Elsenborn qui ressemble fortement à la formation de base militaire, mais en plus ludique.

Une chose est sûre : les jeunes découvrent beaucoup dans le domaine de la navigation, ils apprennent à apprécier le calme et la nature ainsi qu’à vivre en communauté. Une base idéale pour pouvoir entrer à la Défense. Mais en attendant, ils profitent surtout au maximum de leurs vacances d’une manière originale.