-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Crazy Trip : le chemin vers l’évacuation

Crazy Trip : le chemin vers l’évacuation

 

De grandes et petites tentes plantées sur l'aéroport de Baltonia forment un poste de commandement. Militaires et expatriés circulent dans ce centre névralgique chargé de l'évacuation des Belges.

Le peloton du lieutenant arrive au poste de commandement le mercredi 29 mai 2013. Il y reçoit l'ordre d'évacuer le Reception Center n°11. Les hommes se mettent immédiatement en action. Trois jeeps et deux camions Unimog quittent la base en colonne et roulent aussi vite que possible vers l'objectif. Là-bas, des para-commandos les attendent. Ils surveillent le point de rassemblement depuis la veille.

Aussi vite que possible, le peloton Manset aide nos compatriotes à monter à bord des véhicules avec leurs bagages. S'ils sont tous sains et saufs, les événements les marquent. « Cette nuit, j'ai entendu des tirs au loin », raconte Dora Lebbe, une des personnes évacuées. « Mais avec les para-commandos qui sont ici, je me sens en sécurité. »

Après avoir subi la pluie, l'escorte arrive au poste de commandement de la base aérienne. Un chien renifle les bagages des expatriés. Les autorités fédérales des Affaires étrangères vérifient ensuite les cartes d'identité et notent toutes les données personnelles. L'interaction entre les militaires et les expatriés fonctionne à merveille. « Tout le monde est très sympathique et serviable, surtout lorsqu'il faut sortir des véhicules », explique Dora Lebbe.

Dès achèvement du volet administratif, le C-130 lance ses moteurs. Après un jour et une nuit mouvementés, nos ressortissants montent à bord de l'avion de transport qui les emmène en toute sécurité vers Gondur, le pays voisin.