-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Cap sur le Mali

Cap sur le Mali

 

Environ septante militaires ont pris le départ pour le Mali ce mercredi 10 juillet 2013. Les membres du Bataillon Libération - 5 de Ligne assureront la force protection de la mission de formation européenne European Union Training Mission (EUTM) à Koulikoro.

« Notre tâche consiste à assurer la sécurité des instructeurs européens qui forment l'armée malienne. Nous sécurisons aussi le compound et effectuons des escortes entre le camp et l'aéroport de Bamako », explique le sous-lieutenant Pei Lin, chef de peloton.

Les Belges bénéficient d'une grande expérience du continent africain. Un atout non négligeable pour cette nouvelle opération. « Les conditions sont totalement différentes de celles que nous avons connues au Congo, en Somalie ou encore en Ouganda », précise le ministre de la Défense Pieter De Crem. « Néanmoins, cette expérience du milieu africain nous sera utile. On connaît le climat, le terrain et ses spécificités. Et nous avons aussi de nouveaux matériels qui nous permettront de mener notre mission à bien. »

Les deux hélicoptères A-109 belges, engagés au Mali depuis fin janvier, sont revenus ce 9 juillet 2013 après avoir assuré la capacité d'intervention médicale sur place. Ils ont réalisé 53 heures de vol et effectué six évacuations médicales durant l'opération Serval ainsi que 170 heures et trois transports de patients pour l'EUTM.

Même si la majorité des militaires n'en sont pas à leur première opération, quitter sa famille pour plusieurs mois n'est jamais chose aisée. C'est pourquoi la tâche des responsables des systèmes d'information et communication est primordiale.

« Nous nous occupons des transmissions au niveau militaire mais également au niveau social », raconte le 1er Caporal-Chef Dirk Jenet. « Il est essentiel que les militaires puissent avoir un contact avec leur famille en Belgique. Dans le cas qui nous occupe, nous savons que téléphoner ne sera pas un problème. Par contre pour Internet, nous devrons encore voir sur place. »

Ces militaires assureront cette mission pour trois mois. Ils seront relayés en octobre prochain par un autre détachement du Bataillon Libération - 5eme de Ligne.