-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Brian Ryckeman : un joker pour la Défense

Brian Ryckeman : un joker pour la Défense

 

Le nageur longue distance Brian Ryckeman met un terme à sa carrière sportive. Il a remporté une septième place aux Jeux olympiques de Pékin, une seizième place à ceux de Londres, un titre lors d’un championnat européen, une médaille d’argent lors d’un championnat mondial et bien d’autres distinctions honorifiques lors d’innombrables compétitions de coupe du monde. Après douze ans passés en tant que sportif d’élite, il choisit à présent la Défense en tant que menuisier.

La caserne brugeoise de Ste-Croix pourra bientôt accueillir un ancien sportif d’élite : le caporal Brian Ryckeman. Après douze ans de sport professionnel, il revient à une ancienne passion apprise sur les bancs de l’école secondaire : la menuiserie.

« En 2004, je venais d’avoir vingt ans lorsque j’ai intégré le tout nouveau programme relatif aux sportifs d’élite de la Défense », explique Brian après un entretien fructueux auprès de la Direction Générale Human Resources. « Pendant douze ans et grâce à mon statut ainsi que la sécurité financière qu’il procurait, j’ai pu pratiquer ma discipline sportive sept jours sur sept. Alors que ce statut prend fin, la Défense me propose une autre option. Chaque sportif d’élite de la Défense peut rester militaire. Cette sécurité d’emploi me procure un sentiment d’apaisement, étant donné le fait que vous construisez peu à peu une vie de famille. »

Au début des années 2000, Brian pulvérisait les records belges de natation sur 1 500 et 800 mètres et devenait un athlète très prometteur. Mais la transition de l’école à la vie active était capitale à la poursuite de son activité sportive.

« J’étais en plein développement pour pouvoir aborder ce type de carrière », raconte Brian Ryckeman. Une carrière full time aurait empêché cela. Heureusement, à cette époque, la Défense  mettait en œuvre une politique visant les sportifs d’élite prometteurs. Malgré tout, les critères d'élite de la BLOSO étaient encore trop élevés pour moi. Grâce à la Défense, j’ai été en mesure de développer mes capacités en me classant parmi les meilleurs mondiaux. »

Après des années de sport de haut niveau, Brian doit maintenant permettre à son corps de reprendre une activité normale. Mentalement, il devra également bouleverser ses habitudes pour effectuer un job normal de 9 à 17 heures.

« Je tiens à remercier la Défense pour la chance qu’elle m’a donnée », conclut-il. La section des sportifs d’élite de la Défense ainsi que la Fédération flamande m’ont également toujours accompagné dans mes bons comme dans mes moins bons moments. J’ai vécu des années fantastiques mais suis à présent prêt à aborder un nouveau chapitre de mon existence. »