-A A +A

Autres informations et services officiels: www.belgium.be

Bison Counter : neutralisation de bombes à l'échelle européenne

Bison Counter : neutralisation de bombes à l'échelle européenne

 

Une trentaine de Belges, provenant principalement du 11 Bataillon Génie de Burcht, mettaient le cap sur la Suède le samedi 13 août. À Skillingaryd, localité située à environ deux heures de route de Göteborg, ils prennent part pendant deux semaines à Bison Counter, l'un des plus grands exercices mondiaux consacrés à la neutralisation d'engins explosifs.

Bison Counter rassemble des militaires de diverses spécialités afin de neutraliser des engins explosifs. On appelle cela C-IED, abréviation de counter-improvised explosive devices (contre les engins explosifs improvisés). Plus d'un millier de soldats provenant de 21 pays se sont rendus en Suède. Du 15 au 26 août 2016, ils y affûtent leurs compétences et connaissances en matière de neutralisation des bombes artisanales.

L'exercice comporte deux périodes. Du 15 au 20 août inclus, les militaires pouvaient suivre divers entraînements et ateliers avec leurs collègues. Le dimanche 21 août donnait, quant à lui, le coup d'envoi des exercices sur le terrain.

« La première semaine, nous nous sommes entraînés avec les Néerlandais », explique Jelle, adjoint de peloton du peloton search, première ligne de défense contre les IED. Elle « nettoie » les environs et contacte le service d'enlèvement des engins explosifs lorsqu'elle aperçoit un objet suspect.

« Les Néerlandais travaillent depuis plus longtemps avec des équipes de recherche, raison pour laquelle nous avons voulu comprendre comment ils fonctionnaient. Il est très intéressant de nous exercer ensemble car notre univers est assez restreint. La chance que vous retrouviez quelqu'un lors d'une opération est donc grande et connaître déjà ses procédures s'avère utile. Vous dépistez les problèmes par la même occasion. »

Jelle et son peloton doivent immédiatement faire leurs preuves. Ils sont chargés de « nettoyer » une ferme qui a probablement servi à la fabrication d'explosifs. La chose semble se confirmer sur place. Des collègues suédois, qui font partie du peloton search dans le cadre de l'exercice, sont piégés et blessés (fictivement). Une recherche plus approfondie permet aux militaires de découvrir armes et grenades mais aussi des produits chimiques destinés à la fabrication d'explosifs.

Il est extrêmement intéressant de pouvoir pratiquer dans des conditions aussi réalistes », poursuit Jelle. « Les explosifs que nous trouvons sont réels mais dépourvus de leur détonateur et les lieux ainsi que les circonstances font que vous vous sentiez proche de la réalité. »

Les militaires belges pourront encore éprouver leurs connaissances pratiques en matière de neutralisation d'engins explosifs improvisés pendant toute la semaine. Ils rentreront chez eux le samedi 27 août.